Gargamel contre les ravageurs.

21/08/2016 20:06

Il ne s'agit pas de dénoncer encore et toujours les effets dévastateurs de l'emploi massif des pesticides sur  les pollinisateurs, l'espèce humaine et l'environnement en général encore faut-il trouver des solutions pour maintenir un niveau de production agricole satisfaisant tout en protégeant les cultures des ravageurs.

Voici un article plein d'espoir d'Agnès Fayet paru dans la revue du CARI "Butine.info"  du 16 juin 2016   

 

"Les bandes fleuries ne doivent pas être de simples soulignements esthétiques des paysages agricoles. Elles peuvent être beaucoup plus et beaucoup mieux. C’est ce que propose le projet Gargamel qui n’a rien à voir avec le personnage éponyme des Schtroumpfs mais est l’acronyme de « Gestion agroécologique des ravageurs de grandes cultures à l’aide de mélanges floraux. » 

L’objectif est vertueux : c’est celui permettre, via les bandes fleuries, de réguler les populations de ravageurs dans les zones de grandes cultures. Il s’agit d’établir une cohérence entre les obligations de la PAC (mesures agro-environnementales) et la réduction des pesticides. 

La composition botanique des mélanges pour bandes fleuries peut en effet favoriser la régulation naturelle des ravageurs de grandes cultures. Il s’agit de déterminer quels mélanges fleuris peuvent être adaptés à tels ou tels systèmes de culture dans certains contextes paysagers. 

L’INRA teste donc et veut formaliser ce que les agriculteurs favorables à l’agroécologie pratiquent depuis longtemps. Même si cela semble relever de l’évidence, cela reste très positif.

Le groupe de recherche autour de Antoine Gardarin, responsable scientifique du projet, regroupe des agronomes, des écologues et des pathologistes. Les deux premières années d’expérimentation ont porté sur 13 hectares de cultures de poix et d’orge de printemps. 

Un accroissement des populations d’insectes auxiliaires (syrphes, carabes, staphylins, etc.) a permis d’enregistrer entre 30 et 60% de pucerons et de criocères en moins. Un bon début. 

Il reste à établir un réseau de partenaires, à élaborer les protocoles et à caractériser les typologies des ravageurs et les régulations biologiques possibles via les mélanges de semis avant de pouvoir délivrer des conseils techniques aux agriculteurs. 

La gestion agroécologique des ravageurs de grandes cultures grâce à des mélanges floraux n’a rien de révolutionnaire si ce n’est peut-être l’application d’un système bien connu au contexte des grandes cultures.

 Un pas psychologique est fait de l’agrochimie à l’agroécologie."

 

Animations Hivernales:

Calendrier définitif   :
   
 

Cours pratiques saison 2018:

Fin des cours estivaux
 

Inscriptions 2018/2019:

Bulletin d'inscription:
Cliquez sur l'image:
 

Déclaration de Rucher(s):

 Règlementation en Apiculture 2018:

 

Prix Nature et Découverte Au festival international du film animalier de Ménigoute en 2008

Réalisateur : Daniel Auclair –  Production  :  La Salamandre (CH)

 


 

La lettre Bee Api de Claudette Raynal

Apithérapie et Médecine Traditionnelle Chinoise.

Rhume, maux de gorge, toux, bronchite, grippe et gastro...

on se soigne ici

Cours sur varroa Destructor de geoffroy

Contacts

Barbe de biodiversité

 
      

Résultat de recherche d'images pour

Pesticides, il n'y a pas que les abeilles qui souffrent.

Comment récupérer un essaim logé derrière un volet ?

 

Ruches troncs et  abeilles noires.

Une émission de France Culture au cours de laquelle Yves Elie, président de l'association "L'arbre aux abeilles" nous parle de ruches troncs et d'abeilles noires.

Pour écouter l'émission cliquez sur l'image.

Rien ne vaut une bonne protection...

Avantages adhérents...

Du rififi dans le sanitaire...

 

 

 

 

 

 

 

Contact

Rucher Ecole du Chablais rucherecoleduchablais@gmail.com