Hôtel "Ibees" à Chamonix Mont-Blanc

08/07/2016 20:23

Le "printemps" a été catastrophique et dès que le soleil et la chaleur sont revenus, de trop nombreux essaims se sont retrouvés pendus aux branches des arbres.

Cette année, il y avait des abeilles partout !  Quel bazar et quel boulot !

La technique de réunion de ces essaims au pastis a été une véritable réussite et quelques colonies ainsi constituées sont, actuellement, en "villégiature" à Chamonix où elles finissent de compléter leurs provisions pour l’hiver et si possible, pour certaines d’entre-elles, un petit surplus pour leur apiculteur !!!

La transhumance du Chablais au massif du Mont-Blanc est toujours un "grand moment de plaisir".

D’abord, préparer les ruches qui vont voyager : plateau grillagé en bas et moustiquaire scotchée sur le haut des cadres pour ne pas étouffer puis attendre la nuit le retour de toutes les butineuses. Comme c’est la période où les jours sont les plus longs, fermer les ruches à partir de 21 h 30... 

Cette année j'ai utilisé les bandes de mousse bleue que l'on presse dans les entrées. Un vrai bonheur qui m'a évité de placer les portes d’entrée à l’envers sur les trous de vol, frontale sur la tête, tournevis à la main et vis qui tombent dans l'herbe !!!

 Il faut ensuite porter les ruches (20 à 25 kg), à bras, de nuit, jusqu’au camion situé à 100 m de là et charger tout le matériel sans rien oublier.

Fin des opérations 0h 30 voire 1h du matin ... Repos quelques heures... Au lever du jour, avant que le soleil ne se lève et réchauffe trop l’atmosphère, rouler jusqu’à Chamonix et monter jusque vers le chemin qui mène à la "Pierre à Ruskin" ainsi nommée en l’honneur de cet auteur et peintre éponyme. ... 1 h 15 de trajet en camion.

Le chemin d’accès étant barré par un torrent, décharger les ruches une par une et les poser à nouveau  à bras dans une zone ombragée sous les grands épicéas. (Bien sûr, il ya toujours un pied qui dérape au milieu du torrent, chaussettes et orteils mouillés pour la journée... )

Sangler la ruche sur une brouette "fait maison" en cornière métallique de 3 mm d'épaisseur puis parcourir le "sentier des pénitents" : 500 m d’un chemin pentu et caillouteux en poussant le précieux chargement et tout en évitant les secousses sur les pierres du sentier.  Enfin, une fois arrivé au rucher, installer la ruche à son emplacement, face au Mont-Blanc. Boire un bon demi-litre d’eau fraiche prise à la source en contre-bas ... Enlever la mousse qui ferme le trou de vol, se faire piquer deux ou trois fois par les abeilles furieuses d’avoir été secouées de la sorte, redescendre chercher la suivante et... recommencer ...

Inutile de vous dire, que la chemise est à tordre et que le bonhomme n’est plus très frais lors du dernier voyage !!!

Mais quelle satisfaction lorsque les premières pelotes de pollen rentrent au bout de quelques heures !
C’est, pour moi, un grand moment de plaisir que de voir les abeilles s’envoler dans un rayon de soleil avec, l’Aiguille du midi" en toile de fond. Elles filent vers les framboisiers ou les rhododendrons qui ont commencé à fleurir en altitude.

Le miel se mérite. Les abeilles abattent un travail considérable pour le produire. Il est normal que l’apiculteur participe à l’effort. Si celui-ci vendait ce produit en tenant compte des frais de production, du temps passé et du coût du matériel, le prix du miel serait bien supérieur au prix actuellement pratiqué dans les magasins.

Mais les bergers et les bergères des abeilles sont des passionné(es) et le plaisir ne se monnaie pas. Beaucoup partagent leur récolte en offrant quelques pots de ce miel précieux à leurs amis ou aux membres de leur famille.

Le véritable apiculteur est comme un bon vigneron. Il est fier de son produit et il en est du miel comme du vin. Il y a de "la piquette" et des miels de terroirs, typés, aux goûts subtils.

 Dans le pot, il y a du travail, beaucoup de travail, du cœur et surtout ...de la passion.

Animations Hivernales:

Calendrier définitif   :
   
 

Cours pratiques saison 2018:

Fin des cours estivaux
 

Inscriptions 2018/2019:

Bulletin d'inscription:
Cliquez sur l'image:
 

Déclaration de Rucher(s):

 Règlementation en Apiculture 2018:

 

Prix Nature et Découverte Au festival international du film animalier de Ménigoute en 2008

Réalisateur : Daniel Auclair –  Production  :  La Salamandre (CH)

 


 

La lettre Bee Api de Claudette Raynal

Apithérapie et Médecine Traditionnelle Chinoise.

Rhume, maux de gorge, toux, bronchite, grippe et gastro...

on se soigne ici

Cours sur varroa Destructor de geoffroy

Contacts

Barbe de biodiversité

 
      

Résultat de recherche d'images pour

Pesticides, il n'y a pas que les abeilles qui souffrent.

Comment récupérer un essaim logé derrière un volet ?

 

Ruches troncs et  abeilles noires.

Une émission de France Culture au cours de laquelle Yves Elie, président de l'association "L'arbre aux abeilles" nous parle de ruches troncs et d'abeilles noires.

Pour écouter l'émission cliquez sur l'image.

Rien ne vaut une bonne protection...

Avantages adhérents...

Du rififi dans le sanitaire...

 

 

 

 

 

 

 

Contact

Rucher Ecole du Chablais rucherecoleduchablais@gmail.com