Une colonie est morte. Que faire ?

02/03/2017 22:52

Vous  profitez de  quelques jours de douceur pour faire le tour de votre (vos) rucher(s). Vous  observez les allées et venues de vos avettes chargées de pollen mais une colonie  attire votre attention. Des abeilles entrent et sortent mais aucune pelote de pollen et une faible activité témoignent d’un dysfonctionnement. L’entrée  et la planche de vol sont sales et maculées de petits points de cire.    

                                  

                                                                             Traces de cire autour du trou de vol.

Cette colonie est morte et est soumise à un pillage. Il faut l’ouvrir pour voir ce qu’il en ait réellement et la retirer du rucher si la mort est confirmée. Ce n’est qu’une fois dans l’atelier qu’il faut procéder à l’examen de cette colonie afin de déterminer la cause de sa mort. 

                                            

                                                                       Aucun signe de vie mais pas de traces de dysentrie.

                  

               Grappe d'abeilles mortes

Cet évènement est toujours navrant pour l’apiculteur  mais il est aussi source d’apprentissages. Des questions se posent : 

* De quoi ces abeilles sont elles mortes ? 

* Qu’a fait l’apiculteur  qu’il n’aurait pas dû faire ? 

* Qu’a-t-il  omis de faire qu’il aurait dû absolument faire ? 

Y  répondre c’est éviter de reproduire les mêmes erreurs, faire évoluer sa pratique et progresser pour que l’hiver suivant toutes les colonies survivent à l’hiver. 

Néanmoins, une perte de 5 à 10 % des colonies pendant la période hivernale est considérée comme « acceptable » mais la mort d’un organisme vivant dont on a la responsabilité est toujours un évènement que tout apiculteur sérieux doit essayer d’éviter à tout prix. 

Voici donc une fiche synthétique qui vous aidera, je l’espère, à mieux cerner les causes de la mort d’une colonie et à prendre les dispositions nécessaires pour limiter au maximum les pertes hivernales au sein de votre cheptel. 

           Cliquez sur l'image:

          Abeilles mortes de faim au fond des alvéoles....

                                            des provisions pillées....

                     Absence de reine...

Attention : 

Il  convient  d’adapter son diagnostic selon :

-          La race d’abeilles utilisée (Frère Adam, noires, hybrides…)

-          L’emplacement et l’exposition au soleil du rucher (humidité, versant nord ou sud, vent ou abrité…)

-          Les conditions d’hivernage et la qualité du matériel (ruche en bon ou mauvais état, isolée ou non...

-          Entretien de l’emplacement (branches qui tapent sur le toit, herbes ou broussailles…)

-          Présence d’intrus (loirs, surmulots…)

Que faire des cadres ? 

Après avoir ôté les abeilles mortes et vidé les alvéoles de leurs cadavres une question se pose au sujet de la conservation des cadres. 

Trois possibilités :

* Détruire tous les cadres par le feu et enterrer les cendres. 

* Fondre les cadres et retirer la cire obtenue du circuit gaufrage-cirier-colonie. 

* Conserver les cadres en l’état pour une future réutilisation. 

En règle générale et par précaution, les cires doivent être détruites ou fondues mais en aucun cas elles ne doivent réintégrer le circuit. 

Exceptionnellement, les cadres peuvent être conservés si l’on est sûr et certain que la colonie est morte soit de faim soit suite à une perte de reine à l’automne. 

 

                               Dysentrie ... des cadres à détruire absolument...

Pourquoi ? 

Une forte infestation de varroas est toujours accompagnée de sa cohorte de virus notamment du virus des ailes déformées (DWV) de la maladie noire (CBPV) ou du couvain sacciforme (SBV). Ces virus sont donc présents sur les cadres et dans les réserves. 

Avant de mourir, les défenses immunitaires de la colonie se sont effondrées et les agents pathogènes  de la loque en ont profité pour se développer. 

La fonte des cires ne permet pas la désinfection. Les spores de la loque américaine sont extrêmement résistantes. 

Il faut donc à tout prix  les retirer du circuit apicole. La destruction par le feu est une garantie.

En résumé : 

 * Colonie morte de faim ou suite à un orphelinage durant l’automne ou l’hiver : récupération des cadres possible. 

* Colonie morte de  varroose ou dysentriefonte des cadres et retrait de la cire du circuit apicole

* Colonie morte de maladie (loque)  ou de cause inconnue : destruction des cadres par le feu

Dans tous les cas de figures, la ruche, si elle encore en bon état, sera désinfectée minutieusement à la flamme ou à la lessive de soude. Dans le cas contraire elle sera détruite par le feu. 

Pour conclure : 

* Ne réutilisez jamais des cadres douteux

* REFUSEZ ABSOLUMENT (et avec courtoisie) les cadres d’une colonie morte qu’un apiculteur souhaite vous donner. 

* Toute ruche contenant une colonie morte sera retirée du rucher

Certains « apiculteurs » peu scrupuleux laissent encore ces ruches ouvertes dans l’espoir de capturer un essaim des ruchers voisins.  Ceci est un procédé très discutable moralement, civiquement et complètement improductif. 

Si la colonie est morte de maladie, l’essaim capturé mourra lui aussi l’hiver suivant. Un foyer d’infestation, préjudiciable à toutes les colonies du secteur, est maintenu par l’âpreté du gain et l’irrespect de quelques « apiculteurs » qui continueront de perdre leurs colonies par manque d’apprentissage. 

On ne peut alors que les inciter à venir assister aux cours du Rucher Ecole du Chablais ! 

Rappel: On ne rapporte chez le cirier pour gaufrage que la cire issue de cires d'opercules

Le reste est utilisé pour la confection de bougies ou d'encaustique ...

Animations Hivernales:

Calendrier provisoire :
   
 

Cours pratiques saison 2018:

Fin des cours estivaux
 

Inscriptions 2018/2019:

Bulletin d'inscription:
Cliquez sur l'image:
 

Déclaration de Rucher(s):

 Règlementation en Apiculture 2018:

 

Prix Nature et Découverte Au festival international du film animalier de Ménigoute en 2008

Réalisateur : Daniel Auclair –  Production  :  La Salamandre (CH)

 


 

La lettre Bee Api de Claudette Raynal

Apithérapie et Médecine Traditionnelle Chinoise.

Rhume, maux de gorge, toux, bronchite, grippe et gastro...

on se soigne ici

Cours sur varroa Destructor de geoffroy

Contacts

Barbe de biodiversité

 
      

Résultat de recherche d'images pour

Pesticides, il n'y a pas que les abeilles qui souffrent.

Comment récupérer un essaim logé derrière un volet ?

 

Ruches troncs et  abeilles noires.

Une émission de France Culture au cours de laquelle Yves Elie, président de l'association "L'arbre aux abeilles" nous parle de ruches troncs et d'abeilles noires.

Pour écouter l'émission cliquez sur l'image.

Rien ne vaut une bonne protection...

Avantages adhérents...

Du rififi dans le sanitaire...

 

 

 

 

 

 

 

Contact

Rucher Ecole du Chablais rucherecoleduchablais@gmail.com